✎ Chronique : Partir

1

Auteur: Tahar Ben Jelloun

Année: 2007

Edition: Editions Folio

Pages: 329

Genre: contemporain


2

Tanger, début des années 1990 : un groupe d’étudiants se retrouve régulièrement au café de la Falaise, en bord de mer, d’où l’on aperçoit les côtes d’Espagne et, le soir, les lampadaires qui s’allument… Jour après jour, ils rêvent de ce paradis qui semble à portée de main. L’un d’eux, qui ne supporte plus la perspective du chômage à vie et le régime autoritaire d’un roi en fin de règne, est bien décidé à partir. Mais la mort tragique d’un de ses cousins, mort noyé au cours de sa traversée clandestine, le dissuade de tenter l’aventure par la même filière. Alors qu’il est à deux doigts de sombrer dans le désespoir, n’entrevoyant aucune issue, il rencontre un riche Espagnol, Miguel, qui le prend sous sa protection tout en lui mettant un étrange marché en main : il est d’accord pour l’emmener à Barcelone, mais à condition que le jeune homme devienne son amant et vive avec lui. Lorsqu’on n’est en rien homosexuel, mais que l’alternative se résume à un enfer certain et à ce qui sera peut-être un autre enfer, mais où tout semble possible, il est clair qu’il n’y a pas de bon choix. D’autant plus que certains démons islamistes ont, eux, traversé depuis longtemps la Méditerranée…

 


3

J’ai aimé ce livre même si l’histoire n’est pas du tout celle à laquelle je m’attendais. J’avais lu la quatrième de couverture – et non le résumé – qui présentait un dialogue entre le protagoniste (Azel) et une jeune fille qui évoquait son désir de partir. Je m’imaginais donc une histoire sur l’immigration, une histoire semée de quelques embûches mais plutôt positive.

Finalement, l’histoire aborde bien le thème de l’immigration mais sous une facette que je n’avais pas envisagée. Dans ce livre, l’auteur nous montre une autre image du Maroc, où la population est tiraillée entre les traditions et la modernité, notamment en termes de sexualité. J’ai découvert un monde que je ne connaissais pas. Dans ce livre, les personnages sont prêts à tout pour quitter leur pays, quitte à perdre leur dignité pour y arriver.

J’ai trouvé l’histoire intéressante même si la question de la sexualité d’Azel est beaucoup trop répétitive à mon goût.

9

Et vous, avez-vous aimé ce livre?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :