✎ Chronique : Le dernier quartier de lune

1

Auteur : Zijian Chi

Année: 2016

Edition: Editions Philippe Picquier (Chine)

Pages: 366 pages

Genre: contemporaine

Fiche Amazon


2

Ecoutez la voix d’une femme qui n’a pas de nom car son histoire se fond avec celle de la forêt de l’extrême nord de la Chine. Elle partage avec son peuple une vie en totale harmonie avec la nature, au rythme des migrations des troupeaux de rennes et du tambour des Esprits frappé par les chamanes. On y rencontre des hommes vigoureux comme des arbres, à qui il arrive de mourir gelés sur leur renne aux sabots en fleur, un vieillard qui élève un autour pour se venger du loup qui l’a rendu infirme, un chamane qui tisse une mirifique robe en plumes pour prendre au piège la femme qu’il aime, et aussi les guerres et les convoitises extérieures qui viennent menacer ce monde fragile. Sa voix coule comme l’eau, de sa venue au monde annoncée par un renne blanc à son grand âge qui n’attend plus que des funérailles dans le vent. Et lorsque sa voix se tait, elle continue à résonner en nous comme si quelqu’un de très lointain nous était devenu très proche et ne voulait plus nous quitter. Tant que je vivrai dans la montagne, même si je suis la dernière, je ne me sentirai jamais seule. Ce feu sur lequel je veille est aussi vieux que moi. Je l’ai toujours protégé des vents violents, des tempêtes de neige et des grosses pluies. Jamais je ne l’ai laissé s’éteindre. Ce feu, c’est mon cœur qui bat.


3

Je ne sais comment commencer cette chronique tant les mots me manquent pour parler de ce roman. Ce livre, c’est une pépite; une petite perle qui m’a bouleversée. Il m’a transportée et m’a plongée dans un monde à mille lieues du mien, me menant à d’innombrables réflexions sur ma propre vie. Ce livre est vrai, touchant, beau, inspirant, mais également triste et dur. Une perle je vous dis 😉

Dans ce roman, nous suivons l’histoire d’une femme evenk et de son peuple, qui vivent dans les montagnes entre la Russie et la Chine. Je ne me souviens plus vraiment à quelle époque commence le récit. Peut-être dans les années 50 mais je ne pourrais vous l’affirmer. En fait, il est difficile de dater les événements qui se déroulent dans la vie de cette femme puisque je n’ai pas le souvenir d’avoir lu des dates. En revanche, plusieurs événements liés à l’histoire de la Chine, de la Russie et du Japon peuvent aider à situer si vous connaissez un peu l’histoire de ces pays. Ce rapport au temps m’a beaucoup plu car il est présenté comme ce qu’il est : un élément naturel contre lequel on ne peut pas lutter et contre lequel on ne doit pas lutter. Le temps s’écoule et c’est dans l’ordre des choses. Ici, on est bien loin de la mentalité occidentale qui a tendance a vouloir ralentir les effets du temps.

Si vous cherchez de l’action, je vous conseille de passer votre chemin car ce livre n’est pas pour vous.  Ici, le rythme est lent sans qu’on ne s’ennuie pour autant. Il y a une sorte d’accord tacite entre la narratrice et le lecteur : la femme accepte de raconter son histoire si en contre-partie, le lecteur sait être patient.  Cette femme (dont ne ne connaitra jamais le nom) nous livre donc son histoire, sans fioritures. Elle nous parle de ses moments marquants, parfois joyeux, parfois très tristes. Pour ma part, je me suis laissé porter par ce récit poétique et je me suis retrouvé complètement dépaysée. Ma lecture m’a menée dans une partie du monde dans lequel la nature est au centre des préoccupations. On la regarde, on l’écoute, on la comprend et on la respecte. On vit avec elle et on vit grâce à elle alors on la préserve : on privilégie le nomadisme à la sédentarisation, on dort dans des tipis, on élève des bêtes (ici des rennes) et on se déplace plusieurs fois par an pour que ces dernières puissent se nourrir… Il y a une très grande communion avec la nature et un profond respect même si ce mode de vie n’est pas toujours tout rose. En effet, cette tribu evenk vit au jour le jour et doit affronter les aléas de la vie ainsi que les coups durs (maladie, mort, etc…) en se passant du confort de la modernité.

Et c’est là que ce livre m’a beaucoup fait réfléchir. Ici, on ne parle pas du rapport à l’argent, à la technologie, au confort, etc… Tous ces éléments qui peuvent contribuer au bonheur dans notre mode de vie. Et pourtant, ce qui se reflète tout au long de ce livre, c’est ce bonheur constant. Selon notre mode de vie, ces personnes n’ont rien. Mais pour eux, ils ont tout puisqu’ils ont leur famille, leurs amis, ainsi que la santé et des bêtes pour vivre. Que demander de plus? Ils vivent de véritables tragédies et pourtant, ils arrivent à se relever voire même à relativiser certains événements. Ça force le respect et nous pousse à voir la vie différemment.

Si je devais trouver un point négatif à ce livre, ce serait le nombre de personnages. Il y en a beaucoup donc on peut s’y perdre mais ce n’est pas important puisque ce sont des personnages qui gravitent autour de cette femme evenk et dont l’histoire est commune.

Je vous recommande donc à 1000% ce livre qui j’espère, saura vous toucher autant qu’il m’a touchée. Je vous laisse une vidéo de l’émission Rendez-vous en terre inconnue pour vous donner une idée du mode de vie de cette tribu evenk (similaire à la tribu de la vidéo).

5

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :