✎ Chronique : Tour B2 mon amour

1

Auteur : Pierre Bottero

Année: 2010

Edition: Editions Flammarion

Pages: 155 pages

Genre: jeunesse

Fiche Amazon


2

 » Un coup frappé à la porte. Un surveillant entra. Je vous amène la nouvelle élève, elle s’était égarée dans les couloirs… La fille pénétra dans la classe. C’était elle, bien sûr, pensa Tristan. Comme si tout était écrit à l’avance. Je le crois pas ! tonitrua Said. Tristan a flashé sur cette meuf ! Un silence total s’abattit sur la classe. Tristan avait une drôle de boule nouée à l’intérieur du ventre. Une boule faite d’un sentiment étrange qu’il n’avait pas envie d’analyser. Pas encore.  » Dans la rue de Vienne où se dresse la tour B2, un premier amour s’écrit sur le béton.


3

Jusqu’à présent, j’associais le nom de Pierre Bottero au genre de la fantasy, avec sa célèbre héroïne Ewilan. Et puis je suis tombée sur ce livre et je me suis dis, pourquoi pas ?

Tour B2 mon amour est un roman jeunesse assez court, dans lequel nous suivons l’histoire de Tristan et de Célia ; deux jeunes adolescents qui habitent dans la même cité mais qui viennent de deux mondes opposés. J’ai beaucoup aimé ce contraste entre l’univers de Tristan et celui de Célia. Ces deux jeunes n’ont rien en commun de prime abord et pourtant, ils vont finir par se rapprocher. Je ne vous spoile rien en vous disant qu’une histoire d’amour va naître entre eux, et vous savez que la romance et moi, ça fait deux. Et pourtant, ici, j’ai apprécié l’histoire. La plume de Pierre Bottero y est pour beaucoup. C’est fluide et bien travaillé. De plus, pour une fois, ce n’est pas le point de vue de la fille qui est au centre de l’histoire mais celui du garçon : on découvre la naissance de ses sentiments, ses doutes ainsi que ses remises en question. Sans compter que l’univers est original et apporte un plus à l’histoire puisque ce premier amour évolue au sein d’une cité où la pression sociale, ou plutôt amicale, est importante.

Même si j’ai apprécié ce roman dans l’ensemble, il y a quelques points qui m’ont dérangée. Tout d’abord, certains personnages sont clichés (les amis de Tristan par exemple). Ok, l’histoire se passe dans une cité mais quand même… Ensuite, j’ai souvent eu l’impression de lire une romance adulte plutôt qu’adolescente dans la mesure où les réflexions, les choix et les actions sont beaucoup trop matures pour être celles d’adolescents. Attention, je ne dis pas que les adolescents sont bêtes et qu’ils ne savent pas prendre de décisions intelligentes. Mais ici, ils doivent avoir 13 ou 14 ans, et j’avais l’impression qu’ils en avaient 20 ou plus. C’était assez déstabilisant.

Quoi qu’il en soit, ce roman reste une belle découverte, et j’ai aimé découvrir Pierre Bottero dans un autre genre littéraire.

8

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :