✎ Chronique : La Bibliothèque, tome 1 : grandir

1

Auteur : Pauline Deysson

Année: 2016

Edition: auto-édité

Pages: 498 pages

Genre: Science-fiction / philosophie

Fiche Amazon


2

Imaginez un monde où ni la pauvreté, ni la guerre, ni les livres n’existeraient plus. Le technomonde. Imaginez un lieu hors du temps, qui abriterait tous les rêves de l’humanité. La Bibliothèque. Imaginez que ces deux univers se rencontrent. A 10 ans, Emilie est choisie pour devenir la nouvelle Bibliothécaire. Elle a le pouvoir d’entrer dans les rêves, et de les vivre comme s’ils étaient réels. Son premier livre la conduira sur une voie semée d’embûches, de magie et de doutes. L’accompagnerez-vous?


3

Déroutant… Je crois que c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit quand j’ai terminé ce livre. Il est déroutant, tant par son genre que par son univers et son histoire. Je vais essayer d’expliquer en espérant que cette chronique aura du sens. Car oui, ce livre est assez complexe à chroniquer, mais c’est positif !

Dans ce roman, il y a deux univers principaux. Le technomonde, d’abord, où les gens sont dépendants de leur revery pour être heureux (je vous laisse lire le livre pour découvrir les nombreuses fonctionnalités de ce petit appareil 😉 ). Les livres n’existent plus et la technologie est omniprésente. Nous avons ensuite la Bibliothèque, dans laquelle les âmes des personnes viennent pour rêver. Chaque livre contient un rêve. Alors comment ces deux mondes totalement opposés peuvent-ils se retrouver dans le même roman ? Et bien grâce au talent de Pauline Deysson bien sûr ! Quelle question ^^ Mais aussi grâce à sa protagoniste, Emilie ! 😉 C’est une petite fille de 10 ans, qui a la maturité d’une adulte. C’est elle le lien entre ces deux univers riche et complexe.

Parce que oui, ce livre est assez complexe sans pour autant être difficile à suivre. Tout d’abord, il y a un mélange des genres : la science-fiction, la fantasy, le fantastique, les contes, le roman philosophique… En gros, dans ce livre, l’auteure nous parle de technologies ultra développées, de langue universelle, de magie, de bonheur, de sirènes, de sorciers, de mages, de nymphes et tout ça, dans une cohérence la plus totale. Moi je dis, bravo ! Et c’est ça qui est déroutant. Je ne suis pas habituée à ce mélange des genres et j’avais peur de trouver l’histoire un peu trop bancale à mon goût. Mais ici, c’est tout le contraire ! Du coup, c’est déroutant.

Comme je vous l’ai dit, on suit les aventures d’Emilie, jeune habitante du Technomonde, qui va finir par se retrouver dans la Bibliothèque, auprès d’Antonie (gardienne des lieux) pour apprendre à lire et à écrire. Ce premier tome raconte la première lecture d’Emilie, donc son premier rêve. On la suit au fil de ses aventures, découvrant plusieurs histoires au sein d’une histoire. Ces histoires sont-elles réelles ? Sommes-nous dans un rêve. Telle est la question ^^. Là encore, c’est complexe, parce qu’il y a toujours ce doute de savoir si on se trouve dans le rêve ou dans la réalité. Il y a un subtil dosage de la part de l’auteure concernant ce point.

Les personnages maintenant. Je les ai beaucoup aimés même si je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à eux. J’ai apprécié le fait qu’ils ne soient pas clichés et qu’ils aient chacun une personnalité propre et un rôle dans l’histoire. On apprend certains éléments de leur passé ce qui permet d’expliquer leur comportement aujourd’hui. Et puis, surtout, surtout, surtout… Il n’y a pas de romance entre eux ! C’est top !

Alors même si j’avoue avoir apprécié ce roman dans l’ensemble, il y a quand même quelques bémols pour moi. Tout d’abord, il y a trop de descriptions. J’aime quand l’univers est détaillé mais là, ce trop-plein de description casse le rythme de la lecture. Certains passages pourraient être réduits, voire enlevés. Autre petit bémol : la philosophie. Alors je vous rassure, ce roman n’est pas comme les cours de philo au lycée ! Mais ce point de vue philosophique m’a un peu dérangée parfois, et m’a ralentie dans ma lecture. Par contre, cette philosophie m’a aussi permis de voir certains aspects de la vie sous un autre angle. Donc je dis oui à la philo, mais à petite dose 😉 .

Je conseille donc ce livre à 100% car c’est un très bon roman auto-édité. Je félicite l’auteure pour son imagination débordante et pour son écriture riche. Ce roman aborde beaucoup de thèmes et peut être mis en relation avec la société actuelle dans laquelle nous vivons qui privilégie les technologies et son bien être au détriment des autres et qui juge ceux qui ne rentrent pas dans le moule. Une belle découverte donc!

8

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :